Mon quotidien japonais

Les frontières japonaises fermées à ses résidents étrangers

Aujourd’hui, mon fils et moi devrions être dans l’avion en direction de la France.

Un mois au près de mes proches à rattraper un peu du temps perdu. Un mois à se ressourcer pour mieux revenir et patienter jusqu’au prochain retour. Un mois durant lequel mon fils aurait pu fêter son anniversaire avec ma famille.

Certes, j’aurai pu me rendre en France comme prévu, y rester « bloquée » ne m’aurait pas du tout déranger. La raison pour laquelle j’ai annulé notre séjour, c’est l’école de mon fils. Ayant déjà payer les frais de scolarité et ne sachant pas quand nous aurions pu revenir, nous ne voulions pas payer si cher dans le vide alors que notre fils n’y irait pas durant plusieurs mois.

En raison de la situation due au covid19, le Japon maintient ses frontières fermées, chose tout à fait compréhensible, mais pour combien de temps ? On le sait, le Japon n’a pas peur de s’isoler, il a bien vécu des années en autarcie et à l’époque il n’avait rouvert ses frontières que sous la contrainte et donc à contre cœur. Actuellement il autorise les Japonais à voyager à l’étranger à condition de faire un test à leur retour ainsi qu’un confinement de 14 jours chez soi. Cependant, il continue d’interdire à ses résidents étrangers de revenir, alors que nous pourrions suivre les mêmes procédures que les Japonais. Comme si les Japonais étaient immunisés et que seul les étrangers pourraient éventuellement propager le virus sur l’archipel. A nouveau l’étranger est responsable de tout les maux. Quelle logique !

Ce détail nous rappelle qu’un résident étranger est et sera toujours un étranger au yeux du gouvernement japonais. Peu importe le nombre d’années qu’on habite sur l’archipel, peu importe notre niveau de langue, peu importe nos efforts constant pour s’intégrer au mieux dans la société japonaise, peu importe que nous y travaillons, y payons des impôts et y ayons une famille. Tout cela n’a aucun poids à leurs yeux. Nous sommes des étrangers, un point c’est tout.

De ce fait, je me demande à quoi cela sert de nous octroyer le statut de résident, si au final nous ne bénéficions pas d’avantages. C’est juste une grosse blague ! Tout n’est qu’apparence. En 8 ans de Japon c’est la première fois que je ressens de la discrimination et dans ce cas-ci une profonde injustice qui me frustre beaucoup. Même s’il est possible de quitter le Japon, j’ai quand même l’impression d’être prisonnière.

___________________

Bref, je suis consciente qu’avec la situation actuelle, il ne serait pas raisonnable de voyager à l’étranger, mais j’avais besoin d’en parler et de poser ces mots quelques part pour qu’ils arrêtent de tourner dans ma tête. Puis partager cela permet aussi de rappeler qu’il ne faut pas idéaliser le Japon car après tout, y venir en touriste et y habiter, ce n’est pas la même chose !

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

10 commentaires

  1. La situation est vraiment frustrante, et c’est tellement dur de ne pas savoir quand on pourra revoir nos proches…
    J’espère que mettre tout ça par écrit t’aura au moins permis de « vider ton sac » et de t’apaiser un peu. Bon courage !

    1. Merci, bon courage à vous aussi.
      Effectivement ça fait du bien de mettre tout ça noir sur blanc.

  2. J’imagine à quel point cette situation doit être difficile à vivre…
    Quant à ton constat qu’un étranger même ayant sa vie au Japon restera toujours un étranger me semble profondément ancré dans la culture japonaise.

    1. Oui mais avec la routine j’avais oublié ce détail, sacré rappel à l’ordre…

      1. J’espère que les choses ne tarderont pas à s’arranger ou à au moins évoluer un peu…

  3. En effet, ce n’est pas très clair… Dans n’importe quelle partie du monde, tu n’es pas à l’abri du virus même avec les précautions d’usage. Et cela, quelque soit ta nationalité.
    Cet été, avec la libre circulation des personnes, l’hypothèse d’une nouvelle vague est d’actualité. On verra ce que le sort nous réserve cet automne…
    En ce début de juillet, mon petit coin de centre Alsace est bien calme, ce n’est pas la destination que les touristes ont choisie pour l’instant…

    Prends bien soin de toi et de ta petite famille, à bientôt.

  4. vaschalde a dit :

    Mon fils marié avec une japonaise et père d’une petite fille franco-japonaise, vit au Japon depuis 4 ans.
    S’ils viennent nous voir en France, obligation pour lui de rester 14 jours en quarantaine, à son retour au Japon…. éloigné de sa femme et sa fille…. n’importe quoi !!! Règle valable jusqu’au 31/07 pour le moment… à suivre !

    1. Effectivement pour le moment c’est valable jusqu’au 31 juillet, mais avec les nouveaux cas de contamination qui surgissent un peu partout laissant ainsi planer le risque d’une deuxième vague, cela risque d’être prolongé. A voir !

  5. Les côtés beaucoup moins cool du Japon… je comprends ta frustration, courage à toi ! 😔🙏🏻

  6. Jenck a dit :

    Je te comprend, qu’elle frustration !

    Travaillant à 2 pas de disney, je suis surprise de voir autant se touristes (même non européens, dont des japonais) arriver à venir passer des vacances ici quand nous galerons à partir a l’étranger (l’une de mes craintes est que chaque pays a ses propres conditions pour y venir 🤨 donc si je me retrouve bloquée hors france ou que je paye pour rien un billet d’avion car en 2 jours les règles changent !)

    Encore ceux venant pour le boulot ou des conditions particulières je comprend, mais ceux arrivant à trouver l’opportunité de faire des loisirs ici (on ne vient pas à Disney juste pour 2h de visite ) ça me sidère !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *