Kobe Tourisme

Sanctuaire Takatori de Kobe

Kobe, à cheval entre mer et montagnes, dispose d’une topographie qui offre bons nombre de paysages. Ainsi, dans les différentes banlieues de Kobe, il est possible de faire de bien jolies découvertes. Pour celle-ci, tout commence par une randonnée.
Après avoir déambulé entre les petites rues et maisons de quartier, la forêt apparente marque le point de départ de la randonnée qui mènera au sanctuaire. Sur le chemin il y a de nombreux vieux et petits sanctuaires, certains tiennent encore debout, d’autres non. Les torii sont victimes du temps et du probable manque d’entretien aussi. Ces lieux saints et quelques anciens cafés abandonnés semblent figés dans le temps et habités par des chats. Je n’en n’avais jamais vu autant, ils prenaient tous le soleil, j’ai du en croiser une bonne vingtaine ! J’ai même eu la surprise d’y apercevoir un gros poulet !

La randonnée est loin d’être difficile, le chemin est tout tracé et facilement accessible, cependant, plus ca monte, plus les chemins de terre laissent place aux escaliers, de longs escaliers. Avec la chaleur de l’été, cela rend l’ascension un peu plus pénible, alors qu’en temps normal celle-ci doit être très agréable.

Voici la recompense, une incroyable vue panoramique sur Kobe et la mer ! Inutile de dire que cette balade en montagne en vaut la peine ! Les levers et les couchers de soleil doivent vraiment être magnifique ici ! Selon les dires du lieu, si le temps le permet, il serait également possible d’apercevoir la partie nord d’Osaka, les îles d’Awaji, de Shikoku, de Shodoshima et d’Iejima.

De confession shintoïste, le sanctuaire Takatori se situe à 328m de hauteur sur le mont Takatori, à l’ouest de la ville de Kobe. Il y abrite principalement les dieux du tonnerre et de l’épée, la déesse de la fertilité et le dragon Daijin. Cependant, étant reconnu comme lieu sacré shintoïste depuis l’Antiquité, on y trouve dans ses alentours beaucoup d’autres sanctuaires dédiés à divers divinités.

Le sanctuaire Takatori se fait également appelé « Takatomi Daijin » par les locaux qui le considèrent comme une divinité gardienne de la protection nationale, la sécurité des foyers, et le développement de l’agriculture et de l’industrie.
De plus, la montagne étant autrefois un point de repère pour les bateaux et les pécheurs, il continue d’être aussi vénéré comme gardien de la sécurité de la navigation et de la prospérité de la pêche. Compte tenu de l’histoire du port de Kobe qui fit partie des premiers ports japonais à rouvrir à l’Occident en accueillant des marchants étrangers, le lien est vite fait.

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

0 commentaire

  1. ça a l’air superbe !
    je note pour un futur voyage.

  2. Quel beau de point de vue! Je comprends que les chats se dorent la pilule au soleil car les escaliers en pierre doivent bien emmagasiner la chaleur.

    Une belle balade en tout cas, dépaysante à souhait. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.