Quand on vit dans son pays natal on a tendance à se laisser porter par le quotidien sans faire forcément attention à ce qui nous entourent. On devient aveugle et on ne voit plus les choses. On prend moins le temps de le visiter et quand il s’agit de voyages, on songe plutôt à partir à l’étranger histoire de changer d’air et voir autre chose. Puis au final, quand on vit à l’étranger depuis longtemps et qu’on rentre dans son pays pour les vacances, on le redécouvre et le voit autrement. Pour moi, comme pour beaucoup d’expatriés, les retours dans l’Hexagone sont l’occasion d’une vraie redécouverte du pays. Je ne parle pas de l’extase qu’on ressent dans les immenses rayons de fromages, yaourts ou de charcuterie, non. On prend le temps de l’observer sous les moindres détails avec un regard nouveau et d’apprécier davantage ce qu’il nous offre. Depuis quelques années, maintenant, je m’emerveille de cette France qui m’a vu naitre et grandir.

Douce France, cher pays de mon enfance

La France est beau pays qui a aussi beaucoup de superbes endroits qui méritent le détour. Depuis quelque années, à chaque fois j’essaye de visiter un nouvel endroit. Je deviens touriste et m’émerveille de notre belle France. On a le malheur de penser que l’herbe est toujours plus verte chez le voisin alors que ce n’est pas le cas. On oublie juste d’ouvrir les yeux. Il y a tellement d’endroits que j’aimerai visiter en France maintenant la Provence, les châteaux de la Loire, Versailles, la Corse etc

Cette année j’ai visité par hasard la ville de Langres. J’ai ainsi découvert une ville fortifiée qui fait partie des nombreuses œuvres de Vauban. Nous l’avons visité en petit train accompagné de son histoire et de faits historiques. J’ai beaucoup aimé ses rues et bâtiments en pierres, j’y ai trouvé beaucoup de charmes. La vue depuis les remparts sur les plaines et les champs était superbe. Puis j’ai appris qu’il s’agissait de la ville qui vu naître Diderot, un des grands philosophes des Lumières.


Lors de notre passage dans le sud, nous nous sommes rendus sur l’île d’Oleron. En voiture, j’étais absorbée par les paysages. D’abord les interminables champs de tournesols qui longeaient la route. Puis la mer et les jolies maisons qui y faisaient face. À marée basse le paysage semble chaotique avec sa vase brune, ses bateaux bloqués, ses châteaux mis à nu. Mais à marée haute, tout semble idyllique. L’océan, était si beau à contempler. Les vagues étaient puissantes ce jour-là. Ce paysage côtier me donne davantage envie de visiter notre mère patrie !

plage des Tremblades - ile d'Oleron
plages des Tremblades – ile d’Oleron