Bienvenue pour ce nouveau rendez-vous #Histoires Expatriées organisé par Lucie depuis l’Italie via son blog L’Occhio di Lucie et qui est la marraine du mois de mai avec le thème la couleur VerteSelon les pays et les cultures, cette couleur peut avoir différentes significations voire se référer à quelques chose de précis comme une évidence. C’est ce que nous allons voir à travers un tour du monde bloguesque. Le Japon et les couleurs, c’est toute une histoire !

Sur l’archipel, cette couleur pourrait faire penser au thé vert, voire plus particulièrement au thé matcha. Cependant pour ma part, j’ai plutôt pensé aux érables. Certes en automne ces feuilles étoilées sont à leur apogée lorsqu’elles revêtissent leur robe rouge, mais en vert elles sont tout aussi belles notamment quand elles sont transpercées par les rayons du soleil ! Mais finalement j’ai préféré me pencher tout simplement sur la couleur verte pour vous raconter son histoire avec le Japon !

50 nuances de vert au Japon

Tout d’abord, petit point vocabulaire. En japonais, “vert” se dit “midori“. Cependant selon l’objet portant cette couleur, les Japonais auront tendance à dire que c’est bleu “aoi“. Découvrez ainsi la pomme bleu ao ringo, la montagne bleue ao yama, le jus bleu ao jiru, etc. C’est un détail qui m’a toujours intrigué, mais sans vraiment chercher le pourquoi du comment car même les Japonais eux-mêmes n’en connaissent pas la raison. Puis grâce au thème de ce mois-ci, j’ai enfin eu l’occasion de creuser le sujet.

Tout remonte à l’époque Heian (794 ap. J.-C. – 1185) où il n’y avaient alors que 4 mots pour exprimer les couleurs, rouge, blanc, bleu et noir. Le rouge était associé aux couleurs vives/chaudes, le noir aux couleurs froides, le blanc rassemblait les couleurs clairs et le bleu les couleurs lumineuses. Constatant qu’à l’étranger les couleurs étaient plus diversifiées, le violet et le brun furent créés. Puis ce n’est qu’à la fin de la période Heian que la couleur verte fut dissociée du bleu. Cependant la couleur dite “vieux vert” continue d’être nommée bleu alors que celle dite “vert frais” est bel est bien nommée “vert”, mais cette utilisation fut adoptée après l’ère Meiji (1868 – 1912). De nos jours, il existe plus de 400 expressions dérivées pour exprimer les couleurs en japonais incluant les nuances claires et foncées.

De la couleur verte au rouge


Petit aparté sur la couleur rouge.
Pour les Japonais c’est la couleur du soleil alors qu’en Europe on dit qu’il est jaune. Suite à l’explication précédente, je me suis dit que cela doit venir de cette logique de l’époque où les couleurs chaudes étaient associées à la couleur rouge. Même si avec le temps le mot ki-iro fut crée pour définir la couleur jaune, cette idée du soleil rouge a dut perdurer dans l’esprit collectif malgré l’évolution de la société.

Revenons-en à la couleur verte. Voici l’exemple le plus connu qui laissa probablement perplexe bon nombre d’étudiants en japonais, le feu tricolore. En effet, ici celui-ci est rouge, jaune et vert, mais pour ce dernier les Japonais disent que le feu est bleu, ao shingo. En 1930, le premier feu de signalisation fit son apparition au Japon et il était désigné par la couleur verte. Cependant après la guerre il suffit d’un article de journal affirmant que le feu était bleu pour que cette idée se répande dans le pays et se fasse même adopter aux yeux de la loi.

Et vous alors, si je vous dis “vert” à quoi pensez-vous directement ?

________________________________

Les autres participants


Karine à Hong Kong. Adrienne en Angleterre. Agathe au Maroc. Pauline en Corée. Agnès et Nicolas en Jordanie. Lucie en Italie. Liz au Koweit. Camilla au Vietnam. Coralie en Espagne. Sarah en Ecosse. Angélique au Sénégal. Catherine en Allemagne. Ophélie au Royaume Uni. Amélie et Laura en Italie. Morgane en Espagne. Perrine au Canada