Scolarité

La rentrée en maternelle japonaise

Ainsi, ce mois-ci mon petit bonhomme a fait sa rentrée à la maternelle japonaise. Dans cet article, je vais vous raconter un peu comment s’est passée ce grand jour, car c’est très différent de chez nous. En France, dans mes souvenirs, mes premières rentrées en maternelle, primaire et collège s’étaient passées ainsi : les familles étaient dans la cours, les enseignants étaient alignés et appelaient les élèves de chaque classe pour qu’ils aillent se mettre en rang. Fin. Il n’y avait pas de cérémonies et tous le monde était habillé normalement. Or au pays du soleil levant, là aussi c’est très codifié.

Une rentrée sous les cerisiers

Chaque pays, de part ses us et coutumes, a sa propre vision de l’éducation. De ce fait le système scolaire varie également d’un pays à l’autre. Par exemple, en France la rentrée a lieu en septembre, au Japon en avril, au Salvador en janvier, aux Etats-Unis fin août etc. Au Japon, la rentrée des classes est un évènement très important et est donc célébrée par une cérémonie solennelle. Il en va de même à la fin d’un cursus scolaire. Quand les enfants commencent un cycle, première année de maternelle, de primaire, de collège etc, on  leur offre même de l’argent pour les féliciter. 

C’est le jour-j. Nous voilà en route pour nous rendre à la maternelle qui se trouve à 10 min à pieds de chez nous. Sur le chemin nous croisons d’autres familles et, à voir le chapeau de leur enfant, ils se dirigent vers le même endroit que nous. Arrivés devant le portail de la maternelle, parents et enfants sont sur leur 31. Les mères ont d’ailleurs toutes un collier de perles. Les familles font la queue pour être prises en photo à côté du nom de l’établissement. Des photographes errent dans toute l’enceinte de l’école et mitraillent  les familles présentes. Dans la grande cours, les classes sont affichées. Celles des petites sections portent toute un nom de fleurs et chacune a sa couleur. Les familles se rassemblent dans les classes attribuées, la maîtresse se présente, fait l’appel et donne le carnet de liaison.

Une rentrée et une cérémonie très codifiées

Je pense que j’étais plus stressée que mon fils pour cette journée. Lui, il savait qu’il allait aller à l’école, il connaissait le lieu et adorait déjà la cours bien garnie qui est parfois ouverte au public. J’avoue que je ne me sentais pas à l’aise pendant cette cérémonie, probablement parce que je n’en ai pas l’habitude. Voir tout le monde si élégant, coiffé, irréprochable, non c’est trop, je ne me sentais à ma place. Étrangement cela m’a rappelé les mises en scènes chronométrées des mariages japonais. De plus, comme étant apparemment la seule étrangère de sa promo, j’avais encore plus envie de passer inaperçu.

Puis vient l’heure de se diriger vers la grande salle pour la cérémonie officielle de rentrée scolaire. Mères et enfants se donnent la main et entrent dans la salle par classe où des chaises vides les attendent. Les photographes immortalisent nos moindres faits et gestes, et les pères sont debout au fond de la salle. D’abord, depuis l’estrade, le directeur fait un discours, puis les maîtresses et le reste du personnel se présentent. Ensuite ils félicitent les enfants pour leur rentrée. Enfin pour clôturer cette cérémonie, vient l’heure de la photo de classe, parents compris. Dans la cours, les familles font également la queue pour faire LA photo souvenir du jour avec le solennel panneau qui trône à l’entrée. Il y est écrit 入園おめでとう (nyuuen omedetou), soit « félicitations pour votre rentrée« .

.

Bref, j’espère que cette année se passera bien pour mon petit bonhomme. Pour le moment il s’y plait tellement qu’il a pleuré les 3 premiers jours où je l’ai cherché pour rentrer à la maison. 

Pour continuer cette rubrique sur la maternelle japonaise, on se retrouvera dans quelques mois pour vous raconter comment ça se passe ici et pour évoquer les différences avec la maternelle française. J’espère que vous serez là pour partager vos expériences.

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

9 commentaires

  1. Tu as entièrement raison pour la rentrée des classes en France (J’ai vécu maternelle-primaire et collège pour ma fille). C’est certain que ce n’est pas aussi solennel.
    En tout cas, je suis contente que tout se passe bien pour ton petit bout. C’est bon signe s’il ne veuille pas rentrer lol.

  2. Laura Bano a dit :

    Comme je me retrouve en lisant ton article ! Ma puce vient aussi de faire sa première rentrée dans une école japonaise. Et comme toi j’étais la seule étrangère donc la cible de tous les regards. Avec un petit handicap quand même je ne parle pas très bien japonais ! Je ne sais pas pour toi mais nous il y a même une sorte de petite cérémonie tous les matins et au moment de récupérer les enfants. Parfois je trouve ça un peu lourd !
    J’espère que ton bonhomme se plaît dans son école ! Et surtout omedetou!

  3. Intéressant comme toujours. En Suisse, on fait encore plus simple que chez vous (France) : les mamans amènent leur enfant en classe pour l’heure dite et 5′ plus tard, elles sont reparties, pas de cérémonie ni rien, basta ! 😅

  4. Très intéressant, je me serais sentie aussi mal à l’aise que toi je pense…je découvre ton blog , il a l’air super 🙂 merci d’en nous partager ton quotidien

  5. enfancejoyeuse a dit :

    Merci de partager cela avec nous ! C’est complètement dépaysant cette question de la cérémonie pour la rentrée des classes ! J’imagine que ça n’a pas du être facile pour vous ! Mais tant que votre enfant s’y plait, c’est l’essentiel 😉

  6. […] Dans les maternelles japonaises il est de “coutume” si je puis dire que les mères réalisent quelques affaires fait main. Notamment le sac pour les livres, celui pour les chaussons, celui pour le bento et la taille d’oreiller du zabuton (petit coussin plat pour s’asseoir parterre). Ça fait quand même beaucoup et ça prend du temps, le temps il faut l’avoir. Personnellement même si j’aime faire du point du croix, je n’ai jamais fait de couture. Puis j’avoue que je n’avais tout simplement pas envie de devoir faire tout ça. Heureusement il y a un club de dames qui aiment faire de la couture et vendait dans l’enceinte de la maternelle toutes ces réalisations mains. Du coup, je leur ai acheté le sac de livres et la taille d’oreille du zabuton (voir photo plus haut). Elles font vraiment du beau boulot, c’est du solide et les finitions sont aussi nickel ! Puis je suis rentrée à la maison avec un nouveau dossier sous le bras, celui de la rentrée.  […]

  7. Pierrot Mazzoni a dit :

    Manifestement le Japon comprend l’importance de valoriser l’élève et l’éducation de ces derniers là où la France a encore énormément de travail à faire. Comment se passe l’enseignement au cours de l’année ? Est-ce un programme prédéfini ou plutôt quelque chose de beaucoup plus personnalisé, en fonction des intérêts/compétences de l’élève comme ce que l’on peut voir en Suède par exemple ? Encore une fois, un superbe article, continue Eva ! Et encore « Félicitations pour ta rentré » mon grand ! 😉

    1. Merci !
      Durant ses années de maternelle mon fils suivait le programme définis par son établissement. Le Japon est encore loin de la Suède de ce côté-là concernant les programmes spécialisées suivant les compétences de l’enfant. Ici l’effet de groupe est très fort et la compétition est très présente dans le système de notation, meme s’il n’y a pas encore de notes en maternelle. Par contre dans mon article sur le fonctionnement de la maternelle japonaise, ici, je parle du fait que l’école rend autonome les enfants des le plus jeune age et les intéressent à beaucoup de choses en rapport avec la nature.
      Maintenant mon fils va dans une primaire internationale où il n’y a ni notations ni competitions, mais plutôt des appréciations suivant les aptitudes et capacités des élèves dans tel ou tel domaine ou chacun est encourager à partager ses opinions et ses idées.

  8. […] 2014 aura 3 ans l’année prochaine, mais il devra attendre la rentrée d’avril 2018 pour entrer en maternelle alors qu’en France il pourrait commencer en septembre 2017, vous voyez? Il perd 9 mois, ce qui […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.