Scolarité

Inscription à la maternelle japonaise

Voilà une nouvelle étape que nous venons de franchir, l’inscription à la maternelle japonaise. Au Japon, l’année scolaire commence en avril et finit en mars. De plus en France un enfant fait sa rentrée s’il né entre janvier et décembre de la même année alors qu’au Japon ils se basent sur le 1er avril. Un enfant qui naîtra le 29 mars fera sa rentrée en avril alors qu’un enfant né le 2 avril devra attendre une année entière. De ce fait, la rentrée scolaire de mon fils se fera en avril 2018 alors que si nous serions en France il serait entré en petite section en septembre 2017. Ce décalage de 8 mois me donne l’impression qu’il prend du retard, mais est-ce vraiment le cas ? Puis cote horaire la aussi c’est différente, les enfants ont classe de 9h à 14h, ensuite soit on les cherche soit on leur met des cours en plus comme anglais, piscine, gym, musique, football. Bien sur ces cours sont payants en plus des frais d’inscription ! 

Le choix de la maternelle japonaise

Dans mon quartier, il y a trois maternelles, manque de chance, elles sont toutes privées et donc payantes, très cher même ! Mon choix s’est porté sur la maternelle catholique M pour trois raisons. Premièrement, elle se situe à 5 minutes à pied de chez moi, n’ayant ni permis ni vélo c’est un point fort pour moi. Deuxièmement, les deux cousins de mon fils y sont allés, et en 2018 il fera sa rentrée avec sa cousine. Troisièmement, il y a une cantine, n’aimant pas faire de bento, ce détail avait aussi de l’importance pour moi. Cependant il y aura quand un jour de bento, je veux bien faire un effort pour en faire un par semaine. Sinon en dehors de ces trois grandes raisons, l’école est jolie et dispose d’une grande pelouse ce qui semble rare par ici.   

Les procédures se sont faites sur trois jours, ces dates étaient les mêmes pour les trois maternelles du quartier. De ce fait je ne pouvais m’empêcher de me dire, « si notre fils n’est pas pris là ou nous le souhaitons, comment allons nous faire puisque que les sessions d’inscriptions seront closent partout? ».

23 septembre, découverte de l’école

Nous avons eu une réunion d’informations précédée d’une heure d’adaptation en classe pour les futures élèves. Pendant cette heure d’adaptation les enfants étaient assis sur des chaises en U, les parents restaient debout derrière. Les deux maîtresses ont d’abord fait l’appel puis elles ont alternés les activités, lire une histoire, chanter des chansons, faire du bricolage et une petite danse parent / enfant. Mon fils ayant atteint sa limite de concentration, c’est seule que je me suis rendue à la réunion d’information pendant que mon mari restait dans la cours avec lui. Pendant cette réunion ils présentaient l’école, ses objectifs, son fonctionnement, on y voyait des photos des enfants faisant telles ou telles activités. Cote programme, ne sachant pas comment ça se passe en France, je ne peux pas comparer. J’ai vu qu’ils font beaucoup d’activités. Un potager, chaque classe « élève » un insecte et en dernière année les enfants passent une nuit à l’école en mode camp. Puis c’est avec le dossier d’inscription sous le bras que nous sommes rentrée à la maison.

1er octobre, jour de l’entretien. 

Non seulement j’étais stressée, mais en plus quand je suis arrivée ça m’a impressionné de voir tout le monde sur son 31. Costume pour les pères, robes noires pour les mères, robes bleu marine ou grise et gilet blanc pour les petites filles, short bleu marine et haut blanc pour les petits garçons. On nous avait préalablement demandé de ramener nos chaussons car dans les écoles aussi il faut se déchausser. 

D’abord à l’entrée de la maternelle nous avons reçu un jeton numéroté. Ensuite nous avons du faire la queue pour déposer le dossier d’inscription, payer 5000 yens (38 euros) pour l’entretien, après quoi nous avons reçu un autre numéro et notre heure de passage. Puis nous nous sommes retrouvés dans une grande salle ou des chaises pour petits et grands qui étaient disposées en cercle avec au centre des jouets pour occuper les enfants. Enfin une vingtaine de « numéro » a été appelé pour changer de salle. Une salle de classe cette fois-ci, mais juste pour les parents, nous avons attendu dans un silence de mort pendant 20 minutes. En effet, les enfants, eux, ont été emmenés dans une autre salle afin d’être observer pour voir leur comportement loin de leurs parents. Puis les enfants sont revenus et nous avons à nouveau changé de classe. Une classe en guise de salle d’attente pour la dernière étape de la journée, L’entretien ! Les enfants jouent en attendant d’être appelés, toujours par notre numéro.

Puis vient enfin notre tour. Nous nous sommes dirigés tous les trois dans une énième salle de classe ou nous attendaient une maîtresse et un prête. Ils ont demandé à mon fils son nom et ce qu’il aime, mais celui-ci n’a pas répondu… A nous, ils nous ont demandé les qualités et les défauts de notre progéniture et les raisons pour lesquelles nous avons choisi de postuler dans cette maternelle. Comme c’est une école catholique, ils ont aussi demandé notre rapport à la religion. Alors j‘ai juste dis être catholique et que mon fils et moi étions baptisés. Puis voyant que j’étais étrangère, ils ont évidemment demandé quelle langue nous parlons à la maison. Ainsi nous avons dit que nous parlons français et que par conséquent mon fils parle français. Nous avons précisé qu’il comprend un peu le japonais, mais que pour l’instant il a peu de vocabulaire comparé au français. C’est sur ce dernier point que l’entretien s’est terminé. Il ne nous restait plus qu’à attendre le lendemain pour recevoir la lettre nous annonçant si la candidature de notre fils avait été acceptée.

11 Octobre, inscription finale.

Je suis allée déposer le dossier comprenant un justificatif du virement effectué pour les frais d’inscription, un certificat médical de bonne santé de mon fils, une attestation de garant et la liste des fournitures. Nous avons du cocher les affaires dont il aura besoin et l’école se charge de faire les achats. En effet, afin que tous les élèves aient les mêmes choses, ainsi sur place j’ai pu faire essayer à mon fils différentes tailles de chapeau, d’uniformes et de tabliers. L’achat des fournitures scolaires coute 20 000 yens (150€), mais elles seront utilisées pendant ses trois années de maternelle.

Dans les maternelles japonaises il est de « coutume » si je puis dire que les mères réalisent quelques affaires fait main. Notamment le sac pour les livres, celui pour les chaussons, celui pour le bento et la taille d’oreiller du zabuton (petit coussin plat pour s’asseoir parterre). Ça fait quand même beaucoup et ça prend du temps, le temps il faut l’avoir. Personnellement même si j’aime faire du point du croix, je n’ai jamais fait de couture. Puis j’avoue que je n’avais tout simplement pas envie de devoir faire tout ça. Heureusement il y a un club de dames qui aiment faire de la couture et vendait dans l’enceinte de la maternelle toutes ces réalisations mains. Du coup, je leur ai acheté le sac de livres et la taille d’oreille du zabuton (voir photo plus haut). Elles font vraiment du beau boulot, c’est du solide et les finitions sont aussi nickel ! Puis je suis rentrée à la maison avec un nouveau dossier sous le bras, celui de la rentrée

.

Bref, voici comment ça s’est passé pour nous. Je ne sais pas si ça se déroule de la même façon dans toutes les maternelles japonaises.. Je suis curieuse de savoir comment ça se pense en France,. Alors si vous êtes parent, n’hésitez pas à partager vos expériences ! 

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

0 commentaire

  1. Super intéressant ! Merci de nous faire découvrir les us et coutumes japonais. Bonne rentrée à votre fils.

  2. mélise a dit :

    Article très intéressant !
    N’étant pas du tout concernée, je ne sais pas comment se passe la rentrée en France…
    Merci pour vos post qui nous font « vivre » le japon !
    mélise

  3. Jessica a dit :

    Je ne peux parler que de l’inscription en maternelle publique où les démarches sont très simplifiés bien qu’on puisse rencontrer quelques difficultés… Il suffit de se présenter à la mairie dès que l’enfant fête son 2e anniversaire. L’enfant sera directement inscrit dans l’école de son secteur qui peut être plus ou moins à proximité. Il existe des dérogations mais elles sont très rarement octroyées donc généralement on n’a pas le choix. Niveau documents administratifs ils demandent les revenus des parents pour calculer le coût éventuel de la cantine ou de l’accueil périscolaire. Le coût est vraiment minime, moins de 1€ la journée pour l’accueil avant/après la classe, moins de 3€ pour le repas à la cantine. Les mercredis après-midi lorsqu’il n’y a pas classe il faut compter environ 10€ (repas et goûter compris) et pour les journées pendant les vacances scolaires c’est un peu moins de 15€. Ce sont les tarifs max appliqués dans ma commune, ils varient d’une ville à l’autre. Bien évidemment ils vérifient si l’enfant est à jour dans ses vaccins.
    En Juin nous sommes ensuite invités à une reunion d’information où nous visitons l’école et avons les dernières recommandations avant d’entamer la rentrée (rappel que les enfants doivent être propre). Puis en Septembre, un jour avant la rentrée les classes sont affichées à l’entrée de l’école et l’année commence. Une reunion pour les parents exclusivement est alors programmée avec la maîtresse pendant la 2e semaine pour nous expliquer le déroulement de la classe, de l’année et répondre à nos questions.
    J’ai personnellement rencontré des difficultés lors de l’étape de la mairie où on m’a annoncé que l’école dont je dépendais était complète… nous avons crié au scandale à l’illogisme de la situation et avons pris rendez-vous avec l’élu. L’autre école se situant à 15 min à pieds (d’adultes) cela n’était vraiment pas avantageux pour nous (l’école de secteur étant à 3 min). Miraculeusement la mairie nous a appelé 1 semaine après et nous avons eu une place dans notre école…

    1. Merci pour le témoignage.

      Oui je me souviens de ton post instagram à cause de la maternelle complète, le comble en effet, je suis contente que ce problème ait été réglé.

      Le dernier jour pour finaliser l’inscription j’avais reçu un document informant que les enfants devront être propres à la rentrée en donnant quelques conseils sur comment s’y prendre. Mais bon mon fils est propre depuis qu’il a 2 ans et demi donc on est tranquille de ce cote la ^^ J’ai d’ailleurs remarqué que les Japonais s’y prennent tard pour la propreté, à 3-4 ans il y en a qui ont encore des couches

      1. Ah ! donc tout s’explique ! en effet, j’ai remarqué plusieurs fois des enfants d’amis ou connaissances avec des couches à un âge qui me semblait avancé, mais je n’ai pas osé poser de question. N’ayant pas d’enfants moi-même, ça me paraissait un peu déplacé de poser une question qui pourrait donner l’impression de donner un jugement.

  4. C’est très intéressant de connaître le système éducatif des autres pays. Ton système début ou fin d’année me fait penser au système suisse.
    Il faut savoir que l’école maternelle n’est pas obligatoire en France (L’école l’est à partir de 6 ans) mais vivement conseillée car on y apprend beaucoup de choses nécessaires pour rentrer au CP. A savoir: écrire son prénom, apprendre l’alphabet, compter jusqu’à 10 etc…
    Ma fille a été à l’école maternelle à l’âge de 2 ans (née début d’année donc) et tout s’est bien passée. Certes, c’était il y a 10 ans mais le système est toujours le même car ma nièce et mon neveu sont en plein dedans.
    Habitant un petit village alsacien, les démarches ont été assez simples. Livret de famille, carnet de santé, entretien avec la directrice ont validé l’inscription. Ensuite, petite matinée d’adaptation à l’école pour voir comment l’enfant s’adapte. En début d’année, petite liste de fournitures à avoir (chaussons, petit sac à goûter, serviette de table etc…) Ma fille a passé 4 belles années en maternelle, certains camarades de classe sont devenus de très bons amis (et encore maintenant).
    Après, je n’ai pas eu affaire à la cantine et au périscolaire car je m’occupais pleinement de ma fille.

    Tu verras, tout se passera bien pour ton fils. Les enfants ont une capacité d’adaptation extraordinaire. ☺

    1. Merci pour le témoignage !

      Oui je sais que la maternelle n’est pas obligatoire en France, c’est pareil au Japon. Personnellement je pense que c’est mieux d’y mettre son enfant car justement il pourra y apprendre plein de choses et faire des activités auxquelles je ne penserai pas. Pour le moment je lui apprends des choses qui sont dans mes cordes, il connait deja l’alphabet français et il sait compter de 1 à 10 en français, anglais et japonais 🙂

      J’espère aussi que ça se passera bien. Cote adaptation mon mari s’inquiète du fait que pour l’instant mon fils ne parle pas beaucoup le japonais, mais je pense qu’après un mois il aura rattraper son « retard » en japonais.

  5. Claire a dit :

    Bonjour,

    Je suis enseignante en maternelle et j’ai récemment échangé avec une orthophoniste spécialisée dans le bilinguisme chez les enfants.
    D’après son expérience les enfants bilingues n’atteignent pas aussi rapidement le même niveau dans les 2 langues. D’après elle, on considère qu’il faut plutôt attendre l’âge de 5-6 ans ; cependant cela ne doit pas vous inquiéter car il est également possible que cela aille plus rapidement.
    Et puis comme votre petit garçon comprend bien le japonais, son intégration ne devrait pas du tout poser de problème : le développement du langage oral étant très variable d’un enfant à l’autre, certains enfants n’apprenant que le français ne s’expriment pas encore à l’oral, lorsqu’ils arrivent en petite section.

    Merci pour ce post très intéressant ; je suivrai la rentrée de votre fils avec plaisir 😉

    Claire

  6. […] En ce début du mois j’ai finalisé l’inscription en première année de maternelle de mon fils. C’est très différent des inscriptions françaises du coup je vous raconte tout ici. […]

  7. Cela me rappelle notre vie en allemagne et les années de mes enfants en école maternelle. Nous sommes rentrés en France depuis. Merci de nous faire un peu vivre votre vie au Japon.🌹

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.