Autour des enfants Scolarité

La maternelle au Japon, ses différences avec la France

Ça y est, l’année scolaire a pris fin au Japon. C’est l’occasion de faire le point sur nos premiers pas, pour mon fils et moi, dans le système scolaire japonais. Ainsi dans cet article je vais vous parler des différences que j’ai pu noter avec la maternelle française. Je précise que je vais me baser sur mon expérience, donc l’école de mon fils car certains détails varient selon les établissements. Puis pour comparer avec le système français, je vais me baser sur mes souvenirs ainsi que sur ce que m’a dit mon entourage français. Là aussi je suppose que certains détails varient selon les maternelles. En commentaires, je serai ravie que vous partagiez vos expériences pour savoir comment cela se passe ailleurs.

***

Le rythme scolaire

Tout d’abord, petit rappel, contrairement à la France, au Japon l’année scolaire commence en avril et finit en mars. Ainsi mon fils, qui est né en août 2014, a fait sa rentrée en avril 2018 alors qu’en France il l’aurait faite en septembre 2017.

Du coté des journées, les enfants ont classe de 9h à 14h, sauf le mercredi car ils finissent à midi. Cependant il est possible, via réservation, de mettre son enfant en garderie jusqu’à maximum 18h. On peut aussi leur mettre des cours extra-scolaire comme football, piscine, anglais ou piano. Il s’agit de professeurs de clubs ou d’autres écoles qui viennent à la maternelle.
Concernant mon fils, il restait deux jours par semaine jusqu’à 17h et une fois par semaine il avait aussi piscine en fin d’après-midi.

Les affaires de classe

Une des choses qui m’a beaucoup étonnée c’est les affaires de classe. Tout d’abord, sachez que dans la maternelle de mon fils il n’y a pas d’uniformes. Cependant ils ont un sac à dos et un chapeau à l’effigie de l’école. Ils ont une tenue spéciale pour le cours de sport et qu’ils portent également lors des sorties scolaires.
Pour ce qui est des affaires du quotidien à mettre dans leur sac le matin, nous avons une tasse, une serviette pour s’essuyer les mains, une serviette de table pour le déjeuner, leurs couverts, leur thermos, un paquet de mouchoir, leur badge avec leur nom et un grand sac en tissu pour ramener livres et travaux.
Pour ce qui est des affaires de classe, elles sont fournies par l’école et payées par les parents. Alors nous avons, des crayons pastels, une paire de ciseaux, une boite de pâte à modeler, un sous-main, un cahier de dessin, un sac avec des affaires de rechange, une blouse, un chapeau pour jouer dans la cours et une paire de chaussons. Puis ils ont aussi un zabuton (coussin pour s’asseoir parterre) qui en fait sert aussi de « chapeau » que les enfants mettent sur leur tête pour se protéger en cas d’incendie ou de séisme.  
Qu’en est-t-il des affaires de classe en France ? Doit-on en apporter autant ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis le fameux zabuton, ce coussin qui s’ouvre exprès pour protéger la tête des enfants en cas de besoin. Il y a aussi l’emplacement pour écrire les coordonnées de l’enfant et des parents. Pour ceux qui ont vu Le tombeau des lucioles, c’est ce que porte la petite Setsuko. (merci au model !)

La cantine

Vous savez que le Japon a cette culture du bento et il en va de soit dans les établissements scolaires. Personnellement, je n’aime pas devoir en préparer . J‘avoue que je n’avez pas envie de devoir en faire tous les jours, c’est pourquoi j’ai choisi la seule maternelle de mon quartier qui a une cantine. Les enfants mangent à la cantine, trois fois par semaine. Le mercredi ils n’ont classe que le matin et le vendredi est le « bento no hi », le jour du bento. Certes je n’y aurai quand même pas échappé, mais une fois par semaine, ça ne me dérange pas. Si le mercredi on désire que notre enfant reste à l’école l’après-midi il faudra cependant apporter son bento. De plus ici pas de bâtiments dédiés à la restauration, les enfants déjeunent dans leur salle de classe. Les plateaux-repas sont livrés tous les jours en fin de matinée. En début d’année, les mamans avaient été invitées à une réunion où le fournisseur des plats de la cantine était présent. Ainsi nous avions pu goûter un bento type que les enfants mangent.
J’ai trouvé que c’était une bonne initiative. Il nous a parlé de comment il se procure les aliments, leur technique de les cuire pour que cela plaise au palais des jeunes enfants et on aussi pu le questionner. En tant que parent j’ai trouvé ça rassurant d’en avoir un aperçu. 

Responsabilité

Je me souviens du hamster de ma maternelle qui changeait de classe chaque semaine pour qu’on s’en occupe. Ici ils ont un cochon d’inde et chaque semaine ils changent aussi de classe. En dehors de ça, je trouve qu’ils essayent de pas mal responsabiliser les enfants et ce des la petite section. Par exemple au premier trimestre chaque élève avait son pot avec sa plante à faire pousser. Puis ils les ont ramené à la maison au moment des grandes vacances. Chaque classe a aussi son potager et quand vient le moment de la récolte c’est ensemble qu’ils mangent le fruit de leur labeur. Jusqu’à présent ils ont cultivé des tomates-cerises, des patates douces et des radis. Je trouve ça super qu’ils apprennent aux enfant à jardiner et de les intéresser à d’où proviennent certains aliments de leur assiette. Chaque jour la maîtresse désigne les deux responsables de classe du jour, un garçon et une fille. Leur rôle est de l’aider à faire certaines taches comme en distribuer les affaires de leurs camarades, leurs travaux ou leur plateau repas etc, ils doivent aussi arroser la plante de la classe etc. Quand c’est le tour de mon fils, celui-ci est toujours tres content et fier de me l’annoncer !
Je trouve ça super de responsabiliser les enfants des le plus jeune age, après ils sont si fiers d’eux. A la maison mon fils participe déjà pas mal et il est toujours content et le premier à vouloir donner un coup de main. Je ne me souviens pas qu’enfant on avait autant de responsabilités à la maternelle. Qu’en est-il d’aujourd’hui ?

Photographes

La maternelle de mon fils, qui est catholique, fait beaucoup d’activités et de célébrations. Par exemple, chaque fin de mois ils font une birthday party pour les enfants qui sont nés durant le mois. Toute l’école se rassemble dans l’église du campus pour une petite messe, les stars du jour reçoivent leur cadeau personnalisé et après ils retournent tous dans leur classe respective pour déguster une petite part de gâteau. Cote fêtes, ils célèbrent aussi le kodomo no hi (le jour des enfants), le festival tanabata, la fête du sport, le Hina Matsuri , (la fête des petites filles), mais aussi Halloween et Noël. De ce fait pour chaque occasion il y a des photographes professionnels qui sont présents pour immortaliser ces moments auxquels les parents ne peuvent pas assister car ils ont lieu pendant les heures de classe et pendant les sorties scolaires (sauf pour la fête du sport et le spectacle de noël ou les parents sont conviés). Ensuite les photos sont postées sur un site, chaque famille dispose d’un code, et on peut chercher les photos de classe ou juste de notre enfant pour les mettre en favori et éventuellement en commander.
Bien sur c’est un service payant, personnellement je commande toujours une ou deux photos par événement.
Ainsi je lui compose un album photo spécial maternelle. Vu tout ce qu’ils font et à défaut de pouvoir voir tout ça ou d’être une petite sourie pour se faufiler, je trouve ça super qu’il y ait ce procédé et qu’on puisse avoir un aperçu. Cette façon de procéder semble être propre a notre maternelle, car comme je le disais en introduction, toutes ne le font pas et c’est le cas de celles de certain/es ami/es de mon fils. 

Implication des parents

Autre grande surprise en découvrant le planning de l’année scolaire, c’est le nombre de fois où les parents sont sollicités (je dis parent, mais en fait je parle surtout des mères hein). En effet, en plus des entretiens trimestriels avec la maîtresse et des réunions de parents trimestrielles, nous devions aussi venir aider pour certaines taches. Nous avions beaucoup de Sankanbi, portes ouvertes, afin de voir comment les leçons se déroulent.

Tout d’abord par tache j’entends venir aider pour préparer certaines fêtes ou pour désherber la pelouse ou aider le jour de « cuisine » des enfants etc. C’est quand même particulier d’impliquer autant les mères dans la vie scolaire non ? Ça se voit qu’au Japon c’est normal et courant que beaucoup soient mère au foyer et que, par conséquent, elles ont le temps de faire tout ça. Puis pour décider qui fait quoi, ça se fait via un tirage au sort. La responsable de classe est aussi choisie ainsi et apparemment c’est du boulot et ca fait passer énormément de temps à l’école.
Pour ma part je suis tombée sur « aider à préparer l’undokai (la fête du sport) ». Du coup le jour précédent les mamans qui avaient aussi tirer ça sont venues à la maternelle. Puis par groupe nous avons du mettre en place les bancs, les affiches, les tentes dans la cours, etc. Pour la fête de Tanabata en été nous avions aussi du nous réunir par classe pour préparer des activités.

Ensuite pour ce qui est des sankanbi, normalement il n’y en a qu’un dans l’année, mais chez nous nous en avons eu six !
J’aimais bien les sankanbi car ça permettait de voir ce que les enfants faisaient. Puis bien sur ils étaient toujours contents de nous voir. D’ailleurs ces jours-là aussi il y a avaient les photographes.

***

Enfin voilà, un petit aperçu de notre année. Je constate aussi que l’esprit de groupe est tres présent entre les mamans de chaque classe. En tout cas, mon fils allait à l’école avec le sourire et adorait sa maîtresse, ce qui est le plus important pour moi. Ce fut une bonne première expérience pour tous les deux. J’espère que cette deuxième année se passera tout aussi bien. 

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

14 commentaires

  1. Véronique Bedel a dit :

    Ma fille a 10 ans elle a donc quitté la maternelle il y a quelques années

    Son papa est instituteur en maternelle donc il connaît bien

    Dans l’école publique tout est fourni par l’école

    Les parents doivent seulement apporter :
    – chaussons
    – chapeau ou casquette
    – change en cas d’accident pipi
    – goûter pour ceux qui restent à la garderie
    – doudou pour ceux qui veulent

    Beaucoup moins de réunions et de demande d’aide et dans tous les cas c est sur la base du volontariat

    Suivant les instits les enfants sont plus ou moins responsabilisés et ils le sont plus en grande section qu’en petite

    Mon compagnon a deux niveaux les plus grands sont chargés d’aider les plus petits dans certains cas (mentoring avant l’age;-))

    C est différent dans les écoles privées ou libres où les parents sont beaucoup plus sollicités (Steiner : jardinage, ménage etc)

    Merci pour l’article

    1. Merci pour le partage 🙂
      Ici aussi la maternelle fournit le matériel scolaire, tous les enfants ont le même, les parents ont juste à payer. Le goûter, un ou deux biscuits, est aussi fourni par l’école. Par contre, pas le droit au doudou.
      Quand les enfants font leur sortie scolaire avec tous les élèves, les grandes sections et les petites sont par paires.

  2. Super intéressant cet article ! Je trouve qu’on devrait s’inspirer de la question de la responsabilité, le concept avec les plantes et les animaux me parle beaucoup. Prendre soin de soi mais aussi des autres, de la nature. C’est super je trouve !

  3. J’adore ce genre d’articles où on apprend beaucoup sur les us et coutumes des pays.
    Ma fille est grande maintenant mais je me souviens que les maîtresses mettaient en place des « métiers » pour les responsabiliser. (Vérifier que les papiers gras soient à la poubelle, mettre la date du jour etc…)
    A cette période, j’ai pu régulièrement participer aux sorties et aux activités organisées par l’école. C’était très intéressant de voir comme se déroulait la journée des petits.
    Durant mon adolescence, j’ai fait plusieurs stages en maternelle. L’animal de compagnie existait au sein des classes de maternelle. Le cochon d’inde était la petite mascotte que les enfants choyaient. Chaque weekend, la famille d’un écolier accueillait le petit animal. C’était adorable de voir comment les enfants s’en occupaient. 😀
    A la réunion de la première année de maternelle, j’avais demandé à la maîtresse s’il y avait une petite mascotte (poule, poisson rouge etc…) Elle me répondit que c’était trop compliqué à gérer (éventuelle morsure, allergie etc…) J’ai trouvé ça dommage car ç’a apporté beaucoup aux enfants…
    Les enfants fêtaient aussi leurs anniversaires (gâteau apporté par maman bien entendu). Les fêtes organisées par l’école étaient à Noël (fenêtre de l’Avent) et à la fin d’année (petite kermesse).
    Ah le bento ! J’en fais de temps en temps pour le plaisir. Mais tous les jours, j’imagine que cela peut vite devenir une corvée. Car mine de rien, ça prend du temps. 😛

    Je souhaite à ton petit bouchon une très belle seconde rentrée en maternelle,

    Bises à vous deux, matane ! ♫

    1. Merci pour le retour Gaëlle 🙂

      Je trouve aussi que les animaux apportent beaucoup au développement de l’enfant. J’avoue ne pas savoir chez qui reste le cochon d’inde pendant les weekend et les vacances. Comme au Japon les animaux de compagnie ne sont pas acceptés dans tous les immeubles, je pense que cela serait difficile de le faire garder par les familles.

      Ici le gâteau des fêtes d’anniversaire est fourni par la maternelle et est accompagné d’un jus de fruit.
      Pour moi faire le bento est une corvée, et il en est de même pour mon amie qui doit le faire tous les jours pour son fils… puis en effet ça prend du temps !

      Bises

  4. Claire a dit :

    Bonjour,
    Je suis enseignante en maternelle dans une école privée (sous contrat avec l’Education Nationale) et mis à part les couverts, la tasse, le thermos, la serviette et le coussin, nous demandons effectivement tout ce matériel aux familles… voire encore davantage au niveau où je travaille (en grande section).
    Il faudrait ajouter : trousse, gomme, crayon de bois, ardoise et feutres effaçables 😉
    Ceci dit je crois que ce type d’école – très répandu dans ma région (l’ouest de la France) – n’existe pas en Alsace Lorraine du fait du Concordat, il me semble ?
    Claire

  5. 3kleinegrenouilles a dit :

    Très intéressant ! J’habite en Allemagne et, ici, l’école maternelle n’existe pas. L’école commence avec l’école primaire et la Première Classe (équivalent du CP). On a la possibilité d’inscrire son enfant en Vorschule (une classe de préparation au CP) en crèche ou en école.
    Avant, on peut inscrire son enfant en crèche, le mettre chez une nounou ou le garder chez soi. Mes deux filles sont en crèche : la petite est dans le groupe des 1-3 ans et la cadette est dans le groupe des 3-5 ans, elle passera après les vacances d’été en Vorschule, l’aîné est lui à l’école primaire.
    Les crèches sont libres dans leur concept pédagogique. Par exemple, notre crèche travaille beaucoup l’autonomie, la graphie et l’environnement.

  6. C’est très intéressant ! Je trouve beaucoup de points positifs au système scolaire (tout du moins en ce qui concerne la maternelle) Japonais. Je n’ai pas d’enfants mais si jamais j’en ai, j’aimerai qu’ils puissent profiter d’un tel enseignement qui est plus terre à terre selon moi.

  7. Merci pour ce joli retour ! 🙂
    Vu qu’il est de 2014, ton fils va-t-il rentrer à l’école primaire en avril 2020 ? (Je pose la question car cela concerne aussi mon fils qui lui est de janvier 2014…) 😉

    1. Mon fils entrera en primaire en avril 2021, il est né en août 2014, maintenant il est en deuxième année de maternelle.

      1. Merci Eva ! 🙂
        Je sais que c’est un peu loin alors mais, par chance, as-tu une petite idée de l’école qu’il pourrait intégrer en primaire ?…

  8. […] une fête sportive qui a lieu chaque année de la maternelle au lycée et de préférence au printemps ou en octobre. Elle a été mise en place par un […]

  9. […] continuer cette rubrique sur la maternelle japonaise, on se retrouvera dans quelques mois pour vous raconter comment ça se passe ici et pour évoquer […]

  10. […] les maternelles japonaises il est de “coutume” si je puis dire que les mères réalisent quelques affaires fait […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.