#Histoiresexpatriées Le Japon et moi Mon quotidien japonais

Travailler au Japon, mes expériences professionnelles

En Occident, quand on évoque le fait de travailler au Japon, on a cette image des Japonais qui travaillent trop, tout le temps et qui ont peu de jours de congés. Bien, c’est à la fois vrai et faux. Cependant n’ayant jamais mis les pieds dans une véritable entreprise japonaise, je ne saurais dire comment cela s’y passe. Par contre, pour ce qui est des horaires et des congés, comme en France, cela dépend avant tout du travail. Mon quotidien au Japon fait que j’ai eu la chance de travailler dans divers domaines très variés ce qui a généré de bonnes opportunités.

Travailler dans une entreprise japonaise, des clichés qui puisent dans le vrai ?

Mon mari est employé dans une entreprise d’assurance, il n’aime pas parler boulot à la maison, du coup à part sa fatigue et ses horaires (9h-19h), j’en sais peu, mais en tant qu’épouse, voici ce que je constate. En gros, être salarié au Japon c’est quoi ? C’est faire passer son entreprise avant sa famille, faire des heures supplémentaires souvent non rémunérées. Puis finir (très) tard le soir au point de parfois dormir sur place ou dans un hôtel près au bureau. C’est aussi parfois passer ses weekends au boulot et avoir peu de jours de congés. C’est les nomikai, les soirées alcoolisées, après le boulot presque tous les soirs que l’on peut difficilement refuser. Puis c‘est ne pas profiter de tous ses jours de congés sous peine d’être mal vu par ses collègues. C’est ramener systématiquement des souvenirs à ses collègues si on part quelques jours en vacances.

Pour ma part, j’ai eu la chance de ne jamais avoir travaillé dans une entreprise japonaise. Je dis chance car avec les échos que j’ai des ami/es français/es, ce n’est pour la plupart vraiment pas la joie. Beaucoup de stress, de pression, très codifié, parfois même un peu exploité voire menacé avec la perte du visa comme enclume sur la tête. J’ai fait plusieurs boulots assez diversifiés et je suis contente d’avoir eu toutes ces expériences, certaines d’entre elles ont été très enrichissantes et m’ont beaucoup appris.

Travailler avec un visa Working-Holiday au Japon

Quand je suis arrivée au Japon en 2011 avec mon visa Vacances-Travail. Je parlais peu la langue et la seule expérience professionnelle que j’avais eu en France était dans l’administration, secteur dans lequel je me voyais mal vu mon niveau de japonais. Écrire un CV japonais fut plus compliqué qu’un CV français car ici on ne se vend pas. Autant en France on se met en avant, autant ici c’est mal vu de se vanter, le parcours scolaire et pro doit parler pour soi. J’ai ciblé les restaurants français en me disant que ça qu’ils ne seraient pas contre une petite french touch.

J’ai finalement travaillé dans un restaurant français à Kobe qui était tenu par des Français. C’était ma première expérience dans la restauration. Je me souviens encore de mon premier jour. C’était un dimanche et il y avait un monde fou, j’étais un peu déboussolée, je savais pas quoi faire ni ou aller. J’ai d’ailleurs découvert que le client japonais est très difficile et pointilleux. Le personnel étant franco-japonais, j’étais un peu plus rassurée et la jeune femme timide que j’étais a pu prendre ses marques à son rythme. Finalement j’ai pris confiance en moi et la peur du contact avec les clients s’est effacée petit à petit. C’est aussi à ce moment que j’ai beaucoup progressé en japonais, notamment dans le registre de politesse. J’y suis restée 8 mois, ça se passait bien, depuis je suis toujours en contact avec mes anciens patrons et collègues.

serveuse au restaurant  Français
A la terrasse du restaurant Français ou j’étais serveuse

Opportunités de jouer les models

A cette époque j’ai aussi eu l’occasion de jouer les modèles. Je n’ai jamais cherché dans cette voie là car non seulement ça ne m’intéresse pas, mais en plus je n’ai pas le physique. Au Japon c’est assez facile pour les Étrangers de poser car les Japonais aiment l’exotisme qu’ils offrent avec leur grand nez, leurs longues jambes, leurs yeux bleus etc. Si on n’a pas de succès chez nous, on peut en avoir ici. Bref. J’ai accepté ces trois opportunités pour rendre service. La première fois à une amie japonaise pour un catalogue de chocolats. Les deux autres fois pour le restaurant français où je travaillais. Ils organisent des réceptions de mariage du coup ils voulaient un visage européen pour poser en robe de mariée. Pour le premier shooting j’avais pu choisir la robe et la coiffure, quelque chose de classique comme vous le voyez. Pour le second, je n’ai rien pu choisir, j’ai été une poupée. J’avoue que je n’aimais ni la robe ni la coiffure. La robe était lourde et clignotait en plus, ça ne me ressemblait pas, un peu trop extravagant pour moi. Je n’étais certes pas à l’aise, mais c’était sympa. 

moi a mon premier shooting de mariage
A mon premier shooting de mariage
moi lors d'un deuxième shooting de mariage
A mon deuxième shooting de mariage

Changement de voie

Ensuite j’ai été assistante de langue pendant 6 mois dans un lycée dans les montagnes de Kobe. Je n’y allais que deux fois par mois. Ce fut mon premier contact dans le monde du FLE, ayant reçu une offre d’emploi dans l’association où j’enseigne actuellement, j’en avais profité pour observer le déroulement de la classe.

Bien que j’ai fini par prendre un chemin différent, j’ai tout de même pu mettre un pied dans la traduction. Celle qui voulait être interprète franco-espagnol et qui sortait de LLCE Espagnol se trouva finalement à faire de la traduction franco-japonaise. D’abord je traduisais pour le magazine touristique Panache. Ensuite via là où j’enseigne, j’ai aussi parfois des demandes de traductions pour des sites ou des magazines. J’aime beaucoup la traduction, j’apprends toujours énormément, que se soit dans la langue japonaise ou concernant le sujet traité.

Côté interprétariat, ce n’est que cette année que j’ai pu l’expérimenter dans un cadre professionnel. En effet, chaque année à Osaka se déroule la foire française avec à l’honneur une région différente. Les artisans français sélectionnés proposent divers stands, allant de la nourriture, aux vêtements, aux accessoires jusqu’au resto français et il y a aussi plusieurs animations. J’y ai remplacé deux autres interprètes. Le samedi j’étais avec une modiste suisse domiciliée à Paris et le dimanche j’étais aux côtés d’un apiculteur. C’était vraiment chouette, j’ai beaucoup aimé ces deux jours malgré la fatigue et les longues heures, mais j’espère renouveler cette expérience lors de la foire française prochaines.

IMG_20180716_071200

*

Maintenant ça fait 4 ans que je suis prof de FLE à Kobe. J’enseigne à des adultes, des dames plus précisément, en plus d’apprendre la langue elles aiment aussi découvrir la culture française. Ça me plait, j’ai toujours eu un bon contact avec mes élèves même si ce n’est pas évident d’enseigner le français à des personnes dont la langue maternelle en est si éloignée. Aimer mon travail m’a poussé à me lancer dans une formation à distance afin d’obtenir enfin un diplôme de professeur de FLE, le Daefle, car à part la licence, je n’avais rien. Cette certification pourra, je l’espère, m’ouvrir d’autres portes pour enseigner ailleurs, mais en attendant je dois attendre septembre pour connaître les résultats de mes examens .

Voilà, comme vous le constatez, j’ai eu la chance de pouvoir travailler dans divers domaines Japon, en France j’aurai travaillé dans d’autres domaines. Puis honnêtement, je ne pense pas que j’aurai pu trouver un travail sans parler japonais. Pour moi c’est un point essentiel car le Japon fait parti de ces pays où la population ne parle pas trop anglais. Par consequent, ça peut être difficile de trouver un boulot sans parler la langue, à moins d’être dans une entreprise étrangère et/ou dans un environnement plutôt anglophone.

* * *

Cet article participe au rendez-vous des #Histoires expatriées, organisé par Lucie qui tient le blog L’Occhio di Lucie depuis l’Italie. C’est Hélène du blog A French in Mexico qui a eu l’idée du thème de ce mois-ci !

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

Vous pourriez également aimer...

13 commentaires

  1. À chaque fois que je lis des trucs sur le monde du travail au Japon, ma seule réaction est >>> AAAARGH! :/

    C’est super si tu as réussi à trouver ta voie et à échapper à la vie d’entreprise! Je crois les doigts pour ton diplôme 😉

    1. Et encore je n’ai pas tout dit, comme le fait qu’il arrive que dans certaines entreprises les femmes fraîchement mariées voient leur salaire diminuer en vue de leur éventuelle prochaine démission pour cause de grossesse… Il doit aussi y avoir surement d’autres détails dont je n’ai pas connaissance…
      Merci ! 🙂

  2. Le monde du travail au Japon m’a l’air d’être « assez spécial »…
    Parler la langue, c’est certain que c’est un sacré plus.

    Bises et je croise fort les doigts pour ton diplôme. 😉

    1. Merci ! 🙂

  3. Je été très sensible à ton article et à ton authenticité. Quand je lis ce que tu écris sur l’entreprise, je ne peux m’empêcher de penser au roman Stupeur et Tremblements d’Amélie Nothomb. Il est si difficile d’accepter le poids du travail au Japon qui surpasse la famille…
    Je vois que comme pour moi au Mexique les choses sont loin d’être faciles. Je croise les doigts pour tes examens, en espérant que cela t »ouvre de nouvelles portes.

  4. Je me permet de nuancer un peu les propos sur le travail dans une entreprise japonaise en parlant de mon expérience personnel.
    Arrivé au Japon en 2015 je suis comme tout le monde (quasiment) passé par des petits boulots ci et la, café, vendeur de vin, etc..
    Mais en persévérant j’ai réussi à me faire embaucher dans une entreprise 100% japonaise ou je travail depuis maintenant + d’1 an et demi.
    Même si c’est un fait que la culture d’entreprise est différente ici, il est de moins en moins vrai de dire que les japonais mettent l’entreprise avant tout le reste.
    C’est avant tout qu’il se sente obliger de le faire sous peine d’être mal vue..(important ici.)
    Pour ma part je fait un 10h-19h sans heures supp (et si je devais en faire, par contrat 30h/mois sont un « service » à l’entreprise.. mais du coup inclus dans le salaire global).
    Mes collègues japonais travaillent aussi pour la plupart selon ces horaires avec de temps en temps des heures supp mais uniquement quand c’est nécessaires.. Autrement ils sont comme nous, ils veulent rentrer chez eux.
    Alors oui le travail au Japon est très codifié, il faut faire selon les règles mais c’est partout pareil non ? Les règles sont juste différentes de chez nous et une fois appris il n’y a pas de soucis à s’intégrer parfaitement dans l’entreprise.
    Pour ma part j’ai travaillé 1 an au Canada, 5 ans en France, et je peut dire que je préfère de loin travailler au Japon.
    Il y a plus de respect, on met en avant le positif avant de pointer le négatif, le suivi du salarié est régulier et effectif et les bon travailleurs sont récompensé.
    Tout le contraire de ce que j’ai connu en France ou au contraire c’est celui qui lèche le mieux les c** qui s’en sort le mieux.

    Je nuance tout de même en indiquant que le traitement des étrangers ici reste tout de même différents des japonais et je suis « mieux » traités ou plutôt on me pardonne plus facilement ce qu’on ne pardonnerais pas à un japonais.
    Je n’ai aucun soucis à prendre mes jours de congés et ai même la possibilité de quitter le bureau plus tôt si je doit aller récupérer les petits à l’école.

    Donc pour conclure, ne généralisons pas, il y a des endroits très agréables ou travailler ici, tout comme il y a des enfers ou bosser en France. A la différence qu’au Japon on est mieux payés…

    1. Je ne comptais pas faire de généralités. Comme dit je n’ai jamais mis les pieds dans une entreprise japonaise, ici je ne vais d’exposer ce dont je suis témoin à travers mon mari. Je pense bien que chaque entreprise à son fonctionnement. En tout cas, c’est chouette que tu sois bien tombé. 🙂

  5. Stéphanie a dit :

    C’est super intéressant ! Je rêve de visiter le Japon, par contre je sais que ne parlant pas un seul mot je ne risque pas de pouvoir y vivre. De plus, l’exemple de ton mari ne me fais pas rêver je dois bien l’avouer. En revanche ton parcours est très intéressant, tu as beaucoup de mérite !

  6. Lucie - L'occhio di Lucie a dit :

    Bravo pour ton beau chemin tu as su te créer des opportunités ! J’adore les photos de modèle, j’ai pas un physique mannequin mais de longues jambes un grand nez et des yeux clairs, tu m’as donné envie d’aller jouer les poupées au japon haha ! Je croise les doigts pour ton daefle 🙂

  7. maevasmapamundi a dit :

    Article vraiment sympa, encore une fois j’en apprends beaucoup. Je suis particulièrement impressionnée par ton travail de traductrice interprète c’est un milieu qui me touche beaucoup. Et j’adore tes photos de modèle!

    https://maevasmapamundi.com

  8. sophie a dit :

    c’est evident que ca doit pas etre facile d’arriver dans un pays sans parler la langue et je trouve ca super de faire tous ces petits boulots ca a un cote enrichissant bravo pour ta perseverance

  9. […] je privilégiais les restaurants français. Puis quelques semaines plus tard, je commençais mon premier boulot à Kobe. Ensuite, tout […]

  10. […] première expérience de travail au Japon fut positive. Par la suite, je suis toujours bien tombée mais tout le monde n’a pas […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.