Le Japon et moi Mon quotidien japonais

Retrospective 10 ans au Japon

Aujourd’hui, ça fait 10 ans que je vis au Japon. J’avoue que je ne sais pas si je dois m’en réjouir ou non. J’ai tellement du mal à y croire. Le temps passe si vite que cela fait presque peur. Après tout, dix ans, c’est long et court à la fois non ?

Une nouvelle vie

Le 10 mai 2011 je quittais mon Alsace natale pour atterrir au Japon au petit matin du 11 mai. Il était prévu que je vienne fin mars, mais finalement j’avais reporté mon arrivée suite à la double catastrophe qui frappa le nord du Japon. Armée de mon visa Vacances-Travail je venais y rejoindre celui qui devint plus tard mon mari.

Il s’en est passé des choses pendant ces 10 années au Japon. Je me suis mariée et je suis devenue maman. J’ai travaillé dans divers domaines. J’ai fais plein de rencontres. Le Japon m’a vu grandir et surtout devenir adulte. Il m’a également donné tant d’opportunités que je ne peux pas que lui en être reconnaissante. Une chose est sure, je ne serai pas la même personne si j’étais restée en France pendant cette décennie. J’ai appris à devenir davantage indépendante, à apprécier ma solitude et à oser. Devoir travailler dans une langue qui n’est pas la mienne m’a d’ailleurs permis de surmonter ma timidité.

En 10 ans, j’ai construit une nouvelle vie, ma famille, mon cercle d’ami/es. J’ai vu ma ville de cœur se transformer. J’ai appris à découvrir mon nouveau pays et adopté pas mal de ses codes. Je me suis construit un cercle d’ami/es majoritairement Français à travers tout le Japon. Eh oui, je fais partie de ces personnes qui ont besoin de côtoyer des patriotes pour être soi-même. Même si toutes les rencontres n’ont rien donné, par chance, je me suis fais de super ami/es. Mon japonais ne cesse d’évoluer au quotidien. Même si plus le temps passe, plus j’en ai marre du Japon, je reste dans ma bulle.

10 ans plus tôt

Ainsi après mes deux précédents séjours en tant que touriste, je devenais résidente. Je passais de l’autre coté du voile et découvrais un autre Japon. J’étais jeune, amoureuse, insouciante, je n’avais pas eu peur de tout quitter. J’étais émerveillée de mon quotidien, de mes découvertes, de mes voyages, du Japon. Cette lune de miel ne dura qu’un court temps, et parfois j’ai besoin de m’évader pour raviver cette ivresse.

A l’époque, il n’y avait pas tout ces réseaux sociaux qui permettaient de rencontrer des gens plus facilement. J’habitais dans le Kansai et mes seules amies, des Japonaises, étaient principalement à Tokyo. Ce n’est qu’un an plus tard que je me suis fais ma première amie française du Japon, Emilie, nous nous étions connus via nos blogs respectifs. J’habitais chez mes beaux-parents, ces 6 mois de cohabitation ne sont d’ailleurs pas un bon souvenir. Après un mois sur place, j’avais commencé à chercher du travail en regardant des annonces sur internet. Vu mon niveau de japonais, je privilégiais les restaurants français. Puis quelques semaines plus tard, je commençais mon premier boulot à Kobe. Ensuite, tout s’enchaina.

.

Bref, 10 ans c’est un cap. Si on m’avait dit qu’un jour je vivrais au Japon, je ne l’aurai jamais cru. On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Cependant, malgré ces 10 ans sur le sol japonais, je me sens toujours déchirée entre mon pays d’adoption et mon pays natale. L’expression « avoir le cul entre deux chaises« , me colle toujours aussi bien à la peau.

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

Vous pourriez également aimer...

18 commentaires

  1. Eloa(japanvibes) a dit :

    Quel belle rétrospective. Un joli parcours, ni parfait ni imparfait, juste vrai. L’expression « le cul entre deux chaises » est peut-être l’expression que j’ai le plus utilisé depuis mon retour du Japon, alors je te comprends à 100%. Même si on ne peut pas comparer une année et dix années.

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! Quelques semaines au Japon suffisent pour marquer les gens, alors une année 😉 De plus que tu en as une belle et tres enrichissante! On se sent tellement bien au Japon, qu’on a vite envie d’y retourner en general ^^

  2. 10 ans! tu repars pour dix nouvelles années? 🙂

    1. Le jour de mon mariage j’avais dit que dans 10 ans je me verrai en France, l’année prochaine marquera mes 10 ans de mariage, à voir ce que l’avenir me reserve.

  3. 3kleinegrenouilles a dit :

    J’habite depuis douze ans en Allemagne. Même si les différences culturelles et l’éloignement sont bien moins fort, même si l’intégration est plus facile, je ressens aussi ce sentiment d’être entre les deux, d’avoir pris de l’autre culture et de l’autre mode de vie, tout en restant français. Parfois, j’en ai marre de toujours devoir parler allemand au travail, dans les magasins, etc.
    J’aimerais rentrer en France mais ce n’est pas envisageable.
    Bon courage à toi !

  4. Bravo pour votre expérience ! Et merci pour vos partages.

    1. Merci de continuer à suivre mes aventures via le blog et de souvent commenter 🙂

  5. Ghislaine Schmitte a dit :

    comme tu dis 10 ans c est court et c est long mais je pense que tu vis malgré tout une belle expérience , mais le manque de la famille ça doit être dur
    Ton mari pourrait venir habiter en France??
    En tout les cas bravo et merci pour ton blog qui nous fait voyager virtuellement

  6. セシリアCéci a dit :

    On me demande souvent si j’aimerais vivre au Japon, ou pourquoi je ne le fais pas, etc. Ton témoignage touche exactement du doigt ce qui me fait hésiter depuis des années. J’ai peur de ne plus aimer avec la même tendresse le Japon si je passe « de l’autre côté du voile », pour découvrir la réalité du quotidien là-bas.

    Comme toi je me sens française avant tout, et finalement, je crois que j’aime être une simple touriste au Japon, qui s’émerveille de tout (même si l’expérience des voyages commence à me rendre plus exigeante^^).

    On vit une époque formidable n’empêche. Aujourd’hui, on peut vivre ou voyager au bout du monde et pouvoir discuter quotidiennement avec ses proches. La distance géographique est devenue beaucoup moins lourde à supporter, et si elle le devient, il suffit de sauter dans un avion et on est à la maison en quelques heures, dans les bras de ceux qu’on aime (hors période de confinement évidemment^^).

    Ce que je veux dire, c’est que tu n’as pas nécessairement à choisir, ou à te sentir déchirée 🙂 Le nom de ton blog le résume bien : tu es une française au Japon. Pas une personne qui veut parfaitement s’intégrer, au prix de sa personnalité ou de son identité profonde. Si c’est comme ça que tu veux être, qu’importe ce que pensent les japonais que tu côtoies : c’est ok 😉

    De toute façon, même en faisant tous les efforts du monde, je ne pense pas qu’on puisse totalement s’extraire de son statut d’étranger au Japon. Quand on ne peut pas échapper à la vague, autant surfer dessus… en faisant de ton statut de française ta singularité, ta fierté peut-être ?^^

    Je dis ça de loin bien-sûr, sans connaître le détail de ta vie sur place. J’avais juste envie de t’envoyer plein d’ondes positives pour que les 10 prochaines années se passent encore mieux pour toi. Je te le souhaite.

    Ganbatte kudasai 🙂

  7. Ariane a dit :

    Je me retrouve tellement dans ce que tu écris…
    Cette semaine ça fera 9 ans que je vis au Japon. J’aime toujours autant ce pays et surtout sa culture et sa nature. Je ne m’imagine pas retourner vivre sur ma terre natale (le Québec). Vivre au Japon m’a vraiment changée et j’ai un véritable « reverse culture shock » quand je passe des vacances à l’extérieur du Japon. Comme toi, le c’est un pays qui m’a appris à vaincre ma timidité, mais j’ai toujours besoin d’une certaine solitude. La langue étant vraiment difficile à maîtriser, malgré de très gros efforts, je ressens un découragement de ce côté-là… En même temps, ce qui me dérange ici c’est la culture du travail, donc je ne me verrai pas travailler (de nouveau, parce que je l’ai fait pendant 4 ans) à temps plein dans une grosse entreprise japonaise…

    Je ne sais pas pour toi, mais une chose que j’ai appris en faisant ma vie ici c’est de ne jamais dire « jamais », puisque j’ai changé d’avis sur plusieurs choses en 9 ans.

    Bonne continuation!

    1. Les hauts et les bas et par conséquent les changements d’avis sont normal en 9 ans, on muri aussi après tout. Quand je reviens en France j’ai aussi le reverse culture shock. En general il me faut quelques semaines pour me réhabituer. Mais je pense que je pourrais quand meme y revivre. Sans me focaliser sur moi, je pense aussi à l’avenir de mon fils, métisse, pas du tout japonais niveau caractère et perso je ne lui souhaite pas de travailler au Japon. J’essaye de lui donner toutes les clefs possible pour qu’il puisse partir vivre à l’étranger s’il le désire plus tard en troquant donc l’enseignement dans une école japonaise pour une école internationale. On verra ce que l’avenir nous réserve.

  8. Hebding Laurence a dit :

    Très belle rétrospective Eva.
    Effectivement je pense que ça ne doit pas être simple, surtout depuis la pandémie et les restrictions de déplacements.
    Tu as une belle petite famille et je te souhaite des très belles et longues années avec elle.😘

    1. Merci ! En effet la pandémie actuelle n’aide, on ne peut qu’esperer que cela aille progressivement mieux.

  9. Bon anniversaire d’expatriation 🎊🎊🎊 c’est clair qu’être plongée dans une autre culture fait émerger beaucoup de questions sur ce qui nous semblait « naturel » et c’est parfois top et parfois moins ^^ en tout cas, félicitation à toi pour tout ce que tu as accompli en 10 ans 😲👏👏👏

    1. Merci ! Oui partir à l’etranger adulte et changer de cuture génère plus facilement des remises en questions.
      En 10 ans je n’ai rien fait de special, mais je suis contente de la façon dont le Japon m’a fait grandir et de mes petites victoires niveau accomplissements.

  10. Coralie a dit :

    Le temps passe comme un éclair … félicitations encore pour tes 10 ans sur le sol japonais 🎉🥰

    J’avoue que 7 ans j’ai du mal à y croire aussi … mon dieu 😆

  11. […] et resterai toute ma vie une étrangère aux yeux des Japonais et ce que j’y reste 1 mois ou 40 ans. Selon mon visa je suis une résidente, mais au final, j’aurai beau parler couramment la […]

  12. […] ma famille habite dans la même région et est éparpillée dans les villes et villages voisins. Quand je suis venue m’installer au Japon, j’étais jeune et tout excitée de cette nouvelle aventure qui commençait. Je savais que je […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.