Kansai Kobe Le saviez-vous? Temples

Kobe, pèlerinage des Sept Dieux du Bonheur 七福神

Je l’avais deja mentionné, mais je collectionne les goshuin, les sceaux des temples et sanctuaires. A force de déambuler dans ces lieux, j’ai découvert qu’il existe divers pèlerinages à travers tous le Japon dont chacun à sa spécificité. De part ma situation géographique j’avais décidé de privilégier ceux de ma région, ainsi après avoir fait le pèlerinage des 8 sanctuaires de Kobe, je me suis lancée dans celui des sanctuaires des Sept Dieux du Bonheur de la ville portuaire ! Mais d’abord, qui sont donc ces Sept divinités de la mythologie japonaise ?

Les sept dieux du bonheur

Sans titre

Bishamonten, protecteur des richesses, c’est un dieu guerrier représenté en armure avec une lance et une pagode dans chaque main. Il est également le chef des quatre gardiens de Bouddha, occupant ainsi une place importante dans la religion bouddhiste.

Benzaiten, ou Benten, est la seule femme du groupe. Déesse des arts, de la beauté, de la musique, des sciences, du savoir, de l’éloquence, mais aussi de la vertus, de la sagesse et de la longévité. Elle est souvent représentée accompagnée d’un serpent blanc, surtout avec un biwa dans les mains qui est un instrument de musique à cordes traditionnel japonais.

Fukurokuju, dieu de la sagesse, du bonheur, de la longévité, de la virilité et la prospérité. Il est décrit comme étant un vieillard chauve au crane allongé, ainsi qu’une canne et un parchemin à la main.

Hotei est le dieu de l’abondance, du contentement, de la bonne sante et du commerce. Sous les traits d’un moine obèse, chauve aux grandes oreilles et souriant, il est surnommé le « bouddha rieur ».

Juroji est le dieu de la longévité et de l’harmonie avec la nature, c’est pourquoi il est accompagné d’un cerf. A l’apparence d’un vieillard à longue barbe tenant un parchemin ou une pèche, un autre symbole de longévité.

Daikokuten est le dieu de la richesse, du commerce et des échanges, il est aussi souvent apparenté à Ebisu. Représenté comme un homme corpulent et souriant, on le voit à se tenir à coté d’un sac de riz et en porter un autre sur son dos contenant la patience et la sagesse

Ebisu est le dieu des pêcheurs, des marchands, de la prospérité et du travail honnête. On le représente souvent en kimono avec une canne à pêche et une dorade dans chaque main.

Les goshuin du pèlerinage

82227549_621305375306541_8807728307656196096_n.jpg

Normalement lorsque l’on tient un goshuin-cho, un carnet de pèlerin, on ne récolte que le sceau du temple en question, mais ici c’est celui du dieu qu’il faut demander ! Concernant le pèlerinage de Kobe, il existe également un goshuin-cho spécial qui contient un dessin de chaque dieu à coté de son goshuin. Extérieurement il parait très simple, mais lorsque je le feuillette, je le trouve magnifique et vraiment classe.

Sanctuaire Minatogawa jinja  –  Sanctuaire Nagata jinja  –  Sanctuaire Ikuta jinja
Temple Tairyu ji – Temple Nenbutsudera – Temple Tenjouji – Temple Sumadera

Ce pèlerinage passe par les sanctuaires et temples les plus importants de Kobe. Suivre cette carte des dieux permet aussi de découvrir autrement la ville maritime en passant près de la mer, se promenant en plein centre-ville ou dans des quartiers populaires et même en s’aventurant en montagne ! Par contre, comme il est nécessaire de récolter trois goshuin en montagne, il n’est pas possible de le faire en un jour, à moins de vraiment se dépêcher sans s’imprégner des lieux et profiter des découvertes qu’il est possible de faire ce qui serait vraiment dommage. 

La tradition veut que l’on fasse ce pèlerinage des sept dieux du bonheur quand la nouvelle année commence. Une fois la collecte complète de celui qui la réalise lui porte chance et lui apporte une bonne année. Alors, si vous êtes au Japon en janvier / février, faites comme les Japonais et peut être que votre année sera sous une bonne étoile ! Mais bien sur ce n’est pas une obligation, pour ma part je l’ai fait sur plusieurs mois.

***

J’en profite pour vous souhaite une très bonne et heureuse année de la souris ! 

Eva

Française vivant au pays du soleil levant depuis 10 ans. Maman à plusieurs casquette travaillant à Kobe. Je partage sur mon blog un peu de mon quotidien ainsi que mes découvertes, mes voyages et ces différences culturelles avec lesquelles je cohabite. N’hésitez pas à vous abonner, je serais ravie de lire vos impressions !

12 commentaires

  1. Merci pour ce nouvel article, très intéressant comme d’habitude. Bonne année à vous, et au plaisir de continuer à vous lire, cordialement.

  2. C’est toujours très intéressant ces articles. Cela te prend combien de temps de faire le tour des temples? Tu les fais tout au long du mois de janvier?
    Mes meilleurs voeux de bonheur et de santé pour cette année de la souris. Bises et à très bientôt. 😉

    1. Merci ! Meilleurs vœux pour toi aussi 🙂
      Personnellement, j’ai mis 4-5 mois pour finaliser ce pèlerinage à cause des temples qui sont en montagne.
      Bises,

  3. 3kleinegrenouilles a dit :

    C’est très intéressant et le livret de pélerinage est sobre et beau. Une petite question : pourquoi Jurojin a-t-il le crâne allongé ?
    Bonne année et bonne année de la souris !

  4. Nastasia a dit :

    Cela donne vraiment envie, ou peut-on trouver le goshuin-cho spécial? Merci

    1. Le goshuin-cho spécial se trouve dans les sanctuaires faisant partis du pèlerinage.

  5. […] sanctuaires dont le Nenbutsu-ji. Celui-ci est un lieu de pèlerinage car il est dédié à un des Septs Dieux du Bonheur. On profite des onsens, des bains publics et du ashi-yu, le bain thermal pour les pieds qui se […]

  6. […] ils se trouvent dans une zone placée sous la protection du grand sanctuaire de la ville, Ikuta Jinja qui a plus de 1000 […]

  7. […] est long et compliqué a lire en kanji. A l’origine il est dédié à Bishamonten qui un des Sept Dieux du Bonheur et dont le blason est le mukade, un centipède […]

  8. […] En effet, les goshuin ne sont pas de simples souvenirs, ce sont avant tout des calligraphie de pèlerinage ! D’abord, en principe il faut séparer les temples bouddhistes et les sanctuaires […]

  9. […] Ils sont composés de sept ingrédients, car le chiffre sept porte bonheur et fait reference aux sept dieux du bonheur. Ils sont fourrés de beaucoup de choses comme du poisson, des œufs, du mitsuba, du concombre […]

  10. […] sept goshuin vous portera chance pour l’année en cours. Je vous laisse consulter le blog de Frenchy Nippon pour voir le compte-rendu de son pèlerinage des sept divinités dans la ville de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.